Régime Écossais Rectifié

Le Régime Écossais Rectifié de son «Réveil» à sa «Refondation» historique !

In Codes de 1778, Convent des Gaules, Franc-maçonnerie, Histoire, Jean-Baptiste Willermoz, Ordre, Réforme de Lyon, Régime Ecossais Rectifié on 25 mars 2015 at 19:14

DNRF-GDDG -

Le Régime écossais rectifié poursuit son œuvre au service de l’Ordre,

afin de veiller sur « son essence primitive et fondamentale

qui se perd dans la nuit des siècles … »

En mars 1935, Camille Savoire (1869-1951) décidait, en démissionnant du Grand Orient de France dont il était depuis 1923 le Grand Commandeur du Collège des Rites, de réveiller le Régime Ecossais Rectifié en France, en s’appuyant sur le Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie, à l’époque unique détenteur de l’héritage de Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824).

Ainsi donc, ce mois de mars 2015, comme il a été signalé par divers articles et la réédition historique du livre de Camille Savoire : « Regards sur les Temples de la Franc-maçonnerie » publié en 1935, représente le 80ème Anniversaire du « Réveil » en France, du système maçonnique et chevaleresque fondé au XVIIIe siècle lors du Convent des Gaules (1778).

a) Raison de la célébration d’un Anniversaire

Cette date est importante à plusieurs titres, faisant qu’elle mérite d’être célébrée en y insistant tout particulièrement.

En effet, si la volonté de « réveiller » le Régime Ecossais Rectifié, participait pour Camille Savoire, d’un souhait de faire revenir en France le système conçu par Jean-Baptiste Willermoz, il était accompagné d’une volonté de vivre l’initiation willermozienne en toute liberté, et pour ce faire d’extraire ce système de l’emprise et de la domination des Obédiences. [1]

C’est sur cette base, et non une autre, que fut constitué le « Grand Directoire des Gaules » en mars 1935, et c’est donc l’Anniversaire d’un accès à la liberté que nous célébrons à présent en mars 2015.

Force est cependant de constater, que l’ambitieux projet de Camille Savoire en 1935, va très vite se heurter à l’hostilité générale d’un monde maçonnique obédientiel jaloux de ses prérogatives, désireux de conserver sa mainmise sur le Régime Ecossais Rectifié pour mieux en instrumentaliser la pratique selon des objectifs (politiques, sociétaux, idéologiques et dogmatiques), qui étaient, et demeurent, totalement étrangers à l’Ordre.

b) L’éclipse du projet de Camille Savoire à partir de 1946

Lorsque le « Grand Directoire des Gaules » fut mis en sommeil en septembre 1939, lors de la déclaration de guerre, Camille Savoire n’imaginait sans doute pas que cela allait correspondre à une « éclipse » de plus de soixante dix ans de l’instance pour laquelle il avait tant lutté, œuvré et travaillé.

Car en effet, lorsque déclarant légalement reconstitué en Préfecture de Nanterre en décembre 1946, le « Grand Prieuré des Gaules » (G.P.D.G.), Camille Savoire ne faisait pas disparaître par ce nouveau nom – ne figurant pas sur la Charte-Patente délivrée par le G.P.I.H. en 1935 – uniquement la dénomination historique du « Réveil » (« Grand Directoire des Gaules »), il ouvrait, en l’ignorant, une longue période pendant laquelle, peu à peu, l’éloignement progressif des critères qui avaient présidé au retour du Régime en France, allait s’intensifier.

Et cette intensification de l’éloignement du projet historique du Grand Directoire des Gaules commença assez vite après la disparition de Camille Savoire en 1951, puisque dès 1958 une « Convention » conclue avec la Grande Loge Nationale Française, faisait du G.P.D.G., l’instance des « Hauts-Grades » pour le Rite écossais rectifié, de l’Obédience française dite « régulière » (sic) selon les conceptions de la Grande Loge Unie d’Angleterre.

Comme l’écrit Jean-Marc Vivenza dans la Préface étendue qui ouvre la réédition des «Regards sur les Temples de la franc-maçonnerie », le G.P.D.G., va engager au cours du temps,  « une complète et entière réorientation de l’institution de 1946, devenue, en quelques années (notamment à compter de la décennie 1990), une obédience multi-ritualiste se vouant de façon quasi missionnaire, par le biais d’une « Aumônerie », à ‘‘l’enseignement de la doctrine de la religion chrétienne’’ [2]

c) Le Régime Ecossais Rectifié a été détourné de ses objectifs par les Obédiences maçonniques

Mais si le G.P.D.G., au fil du temps, s’est égaré dans des conceptions dogmatiques qui tordent et corrompent entièrement le projet de 1935, au point d’avoir perdu toute légitimité sur le Régime, il ne conviendrait pas d’oublier non plus que les conditions dans lesquelles vit le Rectifié au sein des diverses Obédiences en France, quoique pour d’autres motifs, ne sont pas plus enviables, car il s’y trouve soumis à des vues diverses et variées, rendant impossible une pratique authentique, telle que stipulée et clairement précisée pourtant dans les Codes qui ont été rédigés pour organiser la vie des deux Classes de l’Ordre (symbolique et chevaleresque).

D’ailleurs, si l’on voulait dresser un panorama complet des multiples distorsions, modifications, transformations, adaptations, tant dans le cadre organisationnel que rituel, que l’on s’est autorisé à faire subir au Régime depuis son « réveil » en 1935, il faudrait y consacrer de forts volumes, qui ne manqueraient pas de provoquer à la lecture une réelle stupéfaction teintée de scepticisme, et parfois même de l’indignation.

On comprend mieux pourquoi, comme il est expliqué dans la réédition des « Regards sur les temples de la franc-maçonnerie » [3], Camille Savoire se sentit proche du discours que tint Marius Lepage (1902-1972) après-guerre, qui avait compris que les Obédiences représentaient finalement, de nos jours, une menace réelle pour l’intégrité et la fidélité de la vie initiatique, au point de considérer qu’il devenait nécessaire de constituer une alternative aux structures administratives profanes qui prétendent « gérer les Rites maçonniques », pour vivre en dehors du cadre obédientiel selon les lois et principes de l’Ordre, car, disait-il : « L’Ordre est d’essence indéfinissable et absolue; l’Obédience est soumise à toutes les fluctuations inhérentes à la faiblesse congénitale de l’esprit humain. » [4]

e) La franc-maçonnerie contemporaine est l’otage d’instances profanes de nature purement exotérique

Camille Savoire et Marius Lepage, comme le laisse voir leur correspondance, avaient très bien perçu que « la franc-maçonnerie contemporaine était devenue, à présent, l’otage d’instances profanes de nature purement exotérique ». [5]

Or, cette tendance vers « l’exotérisation profane », jusqu’à la grossière caricature affairiste, les magouilles politiques et le sectarisme dogmatique, s’est encore amplifiée depuis, et il est à craindre qu’elle ne perdure, en allant peut-être encore beaucoup plus loin dans la dégradation, au point qu’il se pourrait bien que dans peu de temps, on soit peut-être autorisé à se demander si l’Ordre, n’aurait pas, pour sa survie, à se séparer et s’éloigner définitivement du « cadre maçonnique », ceci afin de poursuivre la mission spirituelle, initiatique et doctrinale qui lui a été confiée par ses fondateurs au XVIIIe siècle ; décision de retrait qui fut celle en son temps, on s’en souviendra, de Johan August Freiherr von Starck (1741-1816), Eques ab Aquila fulva, pour les mêmes raisons.

f) La « Refondation » nécessaire du Régime Ecossais Rectifié

Avant qu’une telle décision ne soit imposée par l’Histoire aux générations qui auront sous leur responsabilité, un jour, le devenir du Régime Ecossais Rectifié, et pour sauver ce qui devait l’être avant qu’il ne soit trop tard, en décembre 2012, « un « retour » aux bases fondatrices fut donc souhaité et considéré comme nécessaire (…) partant du constat que les critères stipulés par la « Charte-constitutive » de 1935, soit en substance : « Pratiquer le Rite Écossais Rectifié en conformité des statuts de l’Ordre (…) et notamment de maintenir dans leur intégralité les décisions arrêtées aux divers Convents de Kohlo, en 1772, de Wilhelmsbad, en 1782, et des Gaules, en 1778 » (Cf. G.P.I.H., Charte-constitutive & Lettres-patentes, 20 & 23 mars 1935), n’étaient plus du tout respectés, voire même singulièrement abandonnés et profondément contredits » [6], a été réveillé le « Grand Directoire des Gaules ».

Cette initiative historique, qui s’est désignée sous le nom générique de « Refondation » – car s’en est une au regard du travail qu’il est nécessaire d’entreprendre pour retrouver, et retourner aux sources organisationnelles et doctrinales du Régime -, marque incontestablement une date importante, et il n’est pas étonnant à cet égard, que les mêmes incompréhensions et les craintes comparables, comme en 1935 pour Camille Savoire, resurgissent à l’identique en 2015, car les mêmes motifs qui provoquèrent les distances de la franc-maçonnerie obédientielle lors de la constitution du « Grand Directoire des Gaules » à l’époque, n’ont point changé avec le temps, et l’on constate les mêmes préventions, quasiment dans les mêmes termes qu’en 1935, à l’égard du « Grand Directoire des Gaules » réveillé en décembre 2012, qui poursuit l’œuvre « refondatrice » en fidélité aux intentions de Camille Savoire, afin que l’Ordre conserve « son essence primitive et fondamentale qui se perd dans la nuit des siècles … »

Conclusion

De la sorte, en cette année du 80ème Anniversaire du « Réveil » du Régime Ecossais Rectifié, nous pouvons remercier la Divine Providence, qui a permis que le « Grand Directoire des Gaules », l’instance historique de 1935 constituée par Camille Savoire, soit de nouveau active et vivante, pour que nous puissions célébrer, loin des terres d’exil de l’Egypte, la « Refondation de l’Ordre », c’est-à-dire la « Renaissance du Phénix » !

Dans la Préface de présentation, écrite à l’occasion de la réédition des « Regards sur les Temples de la franc-maçonnerie« ,  Jean-Marc Vivenza, après avoir rappelé le jugement de René Guénon (1886-1951), à propos du projet de Camille Savoire, soit de réveiller le Régime Ecossais Rectifié en dehors des Obédiences, déclarant : «dans les circonstances présentes, [c’est] une chose des plus souhaitables, si l’on ne veut pas voir se perdre irrémédiablement les derniers vestiges d’initiation occidentale qui subsistent encore… » [7], rajoute, avec grande justesse : « On ne saurait mieux résumer, selon-nous, le sens et l’objet de l’œuvre entreprise par Camille Savoire : soit travailler sans relâche, et avec courage, dans la Foi, l’Espérance et la Charité, à ce que perdurent les derniers vestiges d’initiation occidentale qui subsistent encore, de sorte que les « âmes de désir », d’aujourd’hui et de demain, puissent trouver un chemin véritable et authentique, qui conduise réellement au « Sanctuaire de la Vérité ». [8]

Lire :

 camillesavoiresiteweb

Camille Savoire et les Temples de la Franc-maçonnerie

Éditions La Pierre Philosophale, 338 p. 

Notes.

1. C’est le 17 avril 1935 que Camille Savoire démissionnait du G.O.D.F., lors de sa dernière tenue en tant que Grand Commandeur il soulignait : « J’ai résolu…de me retirer du Grand Orient de France et de recouvrer ainsi ma complète liberté d’action… »

2. J.-M. Vivenza, Préface, in Camille Savoire, Regards sur les temples de la Franc-maçonnerie (1935), réédition La Pierre Philosophale, 2015, p. 72.

3. Ibid., p. 75-77.

4. M. Lepage, L’Ordre et les Obédiences, Histoire et Doctrine de la Franc-Maçonnerie, Dervy, 1956, p.8.

5. J.-M. Vivenza, Préface, op.cit., p. 75.

6. Ibid., p.73.

7. R. Guénon, Le Voile d’Isis, décembre 1935, in Études sur la Franc-maçonnerie et le compagnonnage, Éditions Traditionnelles, t. I, 1964, p. 90.

8. J.-M. Vivenza, Préface, op.cit., p. 89.

 

En lien sur le même sujet :

 Phénix Ordre - 2014 DNRF-GDDG I

80e Anniversaire du «Réveil»du Régime Rectifié (1935-2015)

Camille Savoire et « l’esprit » de la Gnose spiritualiste

Camille Savoire et les « derniers vestiges d’initiation occidentale »

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :