Régime Écossais Rectifié

Pourquoi le Réveil historique du « Grand Directoire des Gaules » ?

In Codes de 1778, Convent des Gaules, Doctrine, Franc-maçonnerie, Histoire, Jean-Baptiste Willermoz, Ordre, Réforme de Lyon, Régime Ecossais Rectifié on 28 septembre 2013 at 22:28

GDDG - Semper III

Le Directoire National Rectifié de France – Grand Directoire des Gaules

veille désormais, sur la conservation et préservation,

de la légitimité historique du Réveil du Régime Ecossais Rectifié au XXe siècle.

Le 15 septembre 2013, le Directoire National Rectifié de France a annoncé dans un Communiqué largement diffusé, qu’il avait réveillé le « Grand Directoire des Gaules », constitué le 23 mars 1935 à Paris par le Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie – érigeant ce dit « Grand Directoire des Gaules », afin que « le Régime Ecossais Rectifié soit pratiqué et maintenu en conformité avec les Statuts de l’Ordre et les décisions de ses Convents fondateurs » [1]

Cette annonce, venant s’ajouter à celle du 15 décembre 2012 qui informait de la constitution du Directoire National Rectifié de France (D.N.R.F.), précisément afin que le Régime Ecossais Rectifié soit pratiqué en conformité avec les Statuts de l’Ordre et ses Convents fondateurs, relève d’une volonté historique qu’il convient de comprendre, sans quoi il est fort possible que les observateurs et acteurs de la chose maçonnique, passent complètement à côté d’un évènement extrêmement important sur le plan de l’Histoire du Régime rectifié, pouvant aisément confondre en se laissant abuser, les épiphénomènes qui accompagnent inévitablement le cours des choses en ce bas-monde, et qui d’ailleurs après saturation envahissante, s’évaporent très vite des mémoires, avec les éléments essentiels qui seuls intéressent le devenir de l’initiation willermozienne.

Eclairons donc, puisque se sont les seuls qui importent, les « éléments essentiels » qui intéressent le devenir de l’initiation rectifiée.

a) Un nom imaginaire sous lequel le Régime Ecossais Rectifié n’a jamais été réveillé au XXe siècle, celui de : « Grand Prieuré des Gaules » !

Tout d’abord un premier constat.

Le Grand Directoire des Gaules, fort curieusement, à peine constitué en 1935, et alors que tous les documents officiels de l’époque ont été rédigés à son seul profit, fut peu à peu éclipsé par une dénomination surgie de l’imagination et créée de toute pièce :  « Grand Prieuré des Gaules » – sans doute par l’effet d’un mimétisme trompeur à l’égard du Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie, qui lui – puisque l’Helvétie fut érigée en Grand Prieuré lors du Convent des Gaules en 1778, pouvait se revendiquer du titre de « Grand Prieuré »,  contrairement à la France (ou à la « Gaule« ) constituée de trois Provinces (IIe Auvergne, IIIe Occitanie, et Ve Bourgogne), auxquelles seules est liée la notion de « Grand Prieuré » – et que l’on se mit à utiliser sans y faire trop attention, pour désigner l’instance du Réveil au niveau national.

Ce nom de « Grand Prieuré des Gaules », était, reste et demeure donc, le fruit d’une pure invention arbitraire, car sans aucun lien et dénué de toute légitimité nominative, ni avec l’acte du Réveil de 1935, mais également avec la matricule de l’Ordre des Convents fondateurs du Régime Ecossais Rectifié, tant celui des Gaules en 1778, que celui de Wilhelmsbad en 1782.

On pourra dès lors, toujours chercher en vain un quelconque « Grand Prieuré des Gaules » dans les documents historiques officiels, on ne trouvera strictement rien sous ce nom, ni au XVIIIe siècle, ni non plus au XXe, notamment en 1935…et ce jusqu’en 1946.

b) Un constant éloignement des critères du Réveil du Régime rectifié (1946-2012)

Mais, comme si cette invention terminologique avait posé sur lui, quasi ontologiquement, une sorte de destination à l’erreur, ce « Grand Prieuré des Gaules », déclaré en effet tardivement en Préfecture après-guerre le 15 décembre 1946 [2], qui ne possédait donc, comme on vient de le voir, qu’un « lien de désir » avec le Grand Directoire des Gaules de 1935, certes lentement mais inexorablement, se mit à s’éloigner au fil des années des critères mêmes qui avaient été pourtant précisément spécifiés lors de l’acte du Réveil du Régime.

Nous ne retracerons pas ici, quoique cette liste serait fort instructive, le rappel des renoncements  constants et successifs à l’égard des critères du Réveil qui adviendront de 1946 à nos jours, nous contentant de dire simplement que ces positions aberrantes, trahissant objectivement l’esprit de la Réforme de Lyon – dont celle ultime, et sans doute fatale, sous le concept de « franc-maçonnerie chrétienne », aura abouti à la constitution d’une obédience multiritualiste à laquelle est attachée une Aumônerie dont la mission (sic) est « l’enseignement des principes spirituels des Ordres, en particulier la doctrine de la religion et de l’initiation chrétiennes » [3], ce qui aurait évidemment fait frémir d’épouvante Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824) – ont cependant conduit la tendance willermozienne issue du Grand Prieuré des Gaules, à se séparer en décembre 2012 de cette instance s’étant écartée des principes de l’Ordre pour, enfin, et il était temps avant qu’il ne soit trop tard, revenir aux fondements du Régime rectifié.

c) Le Réveil du Grand Directoire des Gaules, instance du Réveil du Régime rectifié

En quoi consiste donc l’initiative du Directoire National Rectifié de France, dont on parle beaucoup et que l’on commente avec plus ou moins de pertinence à propos de sa nature et de ses objectifs, mais qu’il serait heureux et surtout fort utile de comprendre, afin d’éviter à de nombreux observateurs de voir passer le courant de l’Histoire avec un bandeau sur les yeux ?

Résumons-donc les grands  principes, qui fondent l’action du Directoire National Rectifié de France.

1°) Le Réveil du Grand Directoire des Gaules répond à deux points principaux :

  • Le nom « Grand Directoire des Gaules » a été tout simplement éclipsé 70 ans par une désignation fautive, prétendant incarner la légitimité du Réveil de 1935, mais en étant aucunement rattachée à une réalité historique du Régime du XVIIIe siècle au XXe.
  • Les critères, qui conditionnaient le Réveil du Régime rectifié en 1935, ainsi que le devenir et la nature de l’instance par laquelle s’opérait ce « Réveil », ont tous, peu à peu au fil des années, été abandonnés, oubliés, voire profondément trahis, provoquant un éloignement considérable d’avec l’intention initiale qui avait motivé l’entreprise de Camille Savoire et des Frères qui l’entouraient à l’époque [4].

 2°) Les décisions qui s’imposaient sont donc les suivantes :

  • Il fallait que soit engagé sans tarder – faute de quoi le risque était grand de voir disparaître le courant willermozien fidèle aux intentions de Camille Savoire, courant qui avait quitté la G.L.N.F. en 2000 pour préserver le Régime en s’engageant auprès du G.P.D.G. [5] – un retour aux critères qui présidèrent à l’intention fondatrice du Réveil.
  • Que le nom sous lequel s’était effectué ce Réveil soit de nouveau utilisé de manière à symboliser la volonté de retour aux intentions de 1935, et qu’enfin resurgisse véritablement, non une obédience de plus au sein du chaos régnant actuellement – voire un énième « Grand Prieuré rectifié » au milieu de tous ceux créés pour des motifs divers depuis plusieurs décennies – mais l’instance sous laquelle ceux qui réveillèrent le Régime au XXe siècle voulurent le faire vivre, soit le : « Grand Directoire des Gaules ».

Conclusion

Ainsi donc, après une éclipse de près de 70 ans, le Directoire National Rectifié de France, conscient de sa responsabilité historique, a donc refait surgir sur la scène de la vie initiatique rectifiée, pas simplement le « nom » par lequel le Régime fut réveillé en France en 1935, mais d’abord et avant tout, l’intention fondatrice qui présida à ce Réveil.

De ce fait la désignation :

« Directoire National Rectifié de France – Grand Directoire des Gaules »,

signale en 4 points :

1) Le souhait de revenir à l’esprit des Convents fondateurs de l’Ordre ;

2) La volonté de respecter les critères willermoziens qui seuls définissent le Régime ;

3) La fidélité vis-à-vis du projet de Camille Savoire désireux de réveiller complètement le Régime rectifié, qui se concrétisa en mars 1935 ;

4) La responsabilité désormais, de la conservation et préservation, de la légitimité historique du Réveil du Régime Ecossais Rectifié au XXe siècle en France.

Comme l’écrit dans son Communiqué le D.N.R.F.- G.D.D.G., à juste titre : « On comprend donc en quoi, le retour à la dénomination « Grand Directoire des Gaules » est à la fois une façon de manifester notre volonté de respecter les termes de la Charte constitutive du Réveil de 1935, et de signaler que c’est l’instance même du Réveil du Régime en France – quoique non oublieuse de ce qui relève des épisodes antérieurs aux 15 décembre 2012 à Lyon – qui retrouve aujourd’hui ses fondements historiques. » [6]

Lire :

GDDG XVI 

Réveil du « Grand Directoire des Gaules » (1935-2012)

Notes.

1. Charte-constitutive & Lettres-patentes pour le réveil du Régime Écossais Rectifié en France, sous l’obédience du Grand Directoire des Gaules, Fait et signé sous les Sceaux du Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie, du Grand Directoire Écossais Rectifié et de la Préfecture de Genève, à Genève, et à Paris, les 20 et 23 mars 1935.

2. On notera tout de même l’étrange coïncidence, liant en un  écho lointain, la déclaration de Camille Savoire effectuée le 15 décembre 1946 après-guerre pour sortir l’instance du Réveil de son sommeil forcé, et celle des Frères réunis afin de constituer le « D.N.R.F. – G.D.D.G. », le 15 décembre 2012 à Lyon.

3. Cf. Statuts Civils & Constitution et Règlements Généraux du G.P.D.G., Livre VII, titre I, 2005, p. 54.

4. Depuis plusieurs années Camille Savoire était en relation suivie avec le G.P.I.H. afin que puisse être réveillée en France une instance de direction du système fondé par Jean-Baptiste Willermoz au XVIIIe siècle. Dans son discours le 23 mars 1935, Camille Savoire soulignait que le G.O.D.F. s’opposait à la pratique authentique du R.E.R. et que le Grand Directoire des Gaules formerait pour répondre aux exigences willermoziennes, un Ordre autonome et indépendant, composé de membres « désireux de quitter les Obédiences françaises dont les agissements, étaient en contradiction avec le caractère de la Franc-maçonnerie ». Il rajoutait : « Voilà comment nous avons régulièrement réveillé en France le Rite Rectifié : ce réveil ayant été fait en accord et avec le concours de la seule puissance ayant l’autorité suprême du Rite au monde et en conformité des décisions des divers Convents de 1778, 1781, 1808, et 1811, et en exécution de la décision prise en 1828 par le Directoire de la 5° province de Neustrie déléguant à la dernière de ses préfectures, dite de Zurich, ses archives, prérogatives, droits, etc…, avec mission de les conserver jusqu’au jour où le réveil du Rectifié pourrait s’effectuer en France et lui permettrait de s’en dessaisir. »

5. Rappelons que la sortie de la G.L.N.F., en forme d’éviction motivée le 13 juin 2000 par une « volonté d’expansionnisme vers d’autres rites », s’est faite sous la bannières d’un « G.P.D.G. –Ordre Unis », qui devint ensuite « G.P.D.G. Ordre des Chevaliers Maçons Chrétiens de France / Ordre des Francs-Maçons Chrétiens de France », se révélant incapable depuis 12 ans ! d’instruire une réforme apte à ramener cette obédience – ayant en réalité substitué à l’enseignement de l’Ordre une conception assez originale et très personnelle du christianisme – aux critères du Régime rectifié.

6. Communiqué du D.N.R.F.- G.D.D.G., 15 septembre 2013.

En lien sur le même sujet :

GDDG - Mars-1935

Réveil du « Grand Directoire des Gaules » (1935-2012) :

un rappel des conditions d’authenticité

Du réveil du Grand Directoire des Gaules

Publicités
  1. […] sur cette base, et non une autre, que fut constitué le « Grand Directoire des Gaules » en mars 1935, et c’est donc l’Anniversaire d’un accès à la liberté que nous […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :